Science

Comment William Bridge, président de Green Cross International, mène-t-il la lutte contre le changement climatique ? | Forbes France

Basile Marin : Green Cross International est une organisation écologiste dont le siège est à Genève, en Suisse, fondée par l’ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev en 1993. Elle compte aujourd’hui des organisations membres dans 30 pays. Sa mission première est de “répondre aux défis combinés de la sécurité, de la pauvreté et de la dégradation de l’environnement pour assurer un avenir durable et sûr”. En tant que PDG de Green Cross International aux Etats-Unis, quelle est votre vision du monde en 2035 que vous aimeriez partager avec nous aujourd’hui ?

William Bridge : Les effets combinés de la dégradation de l’environnement et du changement climatique résultant des activités humaines sont beaucoup plus visibles aujourd’hui qu’il y a 30 ans. Avec les crises sanitaires mondiales que nous traversons actuellement, l’humanité a réalisé à quel point prendre soin de la planète peut prévenir des conséquences catastrophiques mondiales.
Il y a 30 ans, le Pr. Mikhaïl Gorbatchev est venu au Sommet de la Terre de Rio 92 et a créé Green Cross en partant de l’intuition que si nous voulions assurer un avenir pacifique et heureux à la majeure partie de l’humanité, nous devions travailler sur la sécurité et la conservation de l’environnement afin d’assurer un avenir durable à la planète et à ses citoyens. 
Aujourd’hui, nous sommes précisément à la croisée des chemins. Créer une planète vivable et assurer notre avenir d’ici 2035 est non seulement possible, mais nous avons tout dans notre boîte à outils pour commencer à la construire dès maintenant. Les modèles économiques et les technologies sont prêts à préserver l’environnement, de l’agriculture durable aux énergies renouvelables en passant par l’économie régénérative. Nous devons nous mettre d’accord collectivement sur les priorités que nous voulons vraiment aborder en tant qu’espèce, et sur ce que cela signifie pour chacun. Du Ghana au Texas, de l’Argentine au Japon en passant par la Chine et l’Europe, il existe de nombreux faiseurs de changement qui œuvrent constamment à l’avènement d’un changement effectif vers une vie beaucoup plus résiliente. Ils sont les héros d’aujourd’hui. Les 2 à 3 prochaines années seront les dernières années où nous pourrons tirer les leçons de ces héros de la terre et créer un élan mondial pour un changement efficace : la crise sanitaire est un énorme moteur de changement, la finance mondiale modifie enfin ses exigences vers des normes planétaires meilleures et plus sûres, et certaines nations leaders – dont la Chine et les États-Unis – ont annoncé leur ambition et leur plan d’action pour accélérer et renforcer leur effort pour le climat et l’environnement. Faisons-le, MAINTENANT, avec ambition et efficacité. 
Nous ne disposons que d’une fenêtre de 10 ans pour mettre en œuvre suffisamment de changements pour inverser le changement climatique. Aux États-Unis, au cours de 9 années de partenariat avec l’Agence de protection de l’environnement, nous avons visité plus de 29 villes à l’échelle nationale – avec une liste d’attente de 80 villes – en organisant des ateliers avec les personnes qui vivent dans les communautés et qui sont touchées par l’insécurité alimentaire, les défis liés aux énergies intelligentes, aux logements verts propres et abordables et à la pollution atmosphérique. Nous adoptons une méthode de terrain via des ateliers, et nos trois principaux partenaires sont toujours les régulateurs nationaux ou locaux, comme l’Agence de protection de l’environnement (EPA), les citoyens locaux et les entreprises vertes qui peuvent apporter des solutions à bon nombre de ces défis. Amener les entreprises à s’engager dans les besoins des citoyens est une partie importante de ce que nous faisons. Nous essayons toujours de contacter les villes pour recueillir des informations sur les besoins spécifiques d’une communauté ou d’un quartier particulier, par le biais de formulaires ou d’ateliers collaboratifs. Par exemple, 3000 familles ont besoin d’eau potable. Où sont-elles situées ? Comment pouvons-nous répondre à leurs besoins ? Nous sommes là pour répondre à ces problèmes, une ville à la fois.
Au sein de Green Cross International, nous jouerons notre rôle, en partageant nos actions de plaidoyer, nos projets et notre retour d’expérience afin de mettre en relation ces héros de la planète avec des responsables politiques et des décideurs influents, de joindre le geste à la parole et d’accélérer le chemin vers des objectifs écologiques et la résilience de l’humanité.

 

B.M. : On observe aujourd’hui une division croissante au sein du mouvement écologiste, avec d’un côté les partisans de la ligne dure qui s’opposent au capitalisme comme étant intrinsèquement polluant, et ceux qui soutiennent le “capitalisme vert” comme moyen de réconcilier la production industrielle avec les normes environnementales. Une nouvelle génération d’entrepreneurs tels qu’Elon Musk aux Etats-Unis, ou Antoine Hubert, PDG d’Ynsekt,ou Jean-Baptiste Marin, PDG de l’Européenne de Biomasse, ont révolutionné des industries telles que l’automobile, l’énergie, l’alimentation, etc. Quel est votre point de vue sur le fossé idéologique actuel ? Est-il possible d’avoir une économie écologique tout en ayant une croissance rapide ? Si oui, comment peut-on y parvenir ?

W. B. : Il y a eu une tendance majeure au cours des 5 dernières années, profitant des contributions de Sir Nicholas Stern et du Pr. Jeffrey Sachs ainsi que de l’expérience de l’économie, des finances publiques et privées, démontrant que la seule façon d’être rentable à long terme est d’être non seulement durable, mais même pionnier dans la transformation vers une durabilité accrue. Il fut un temps, il y a des années, où les environnementalistes amplifiaient leur voix et s’adonnaient au greenwashing. Aujourd’hui, tout le monde comprend que nous devons cesser d’étreindre les arbres et être productifs et collaboratifs. Nous devons tenir les entreprises responsables de ce qu’elles font des biens publics, en particulier de la planète. Aider les entreprises à adopter des pratiques plus écologiques tout en comprenant qu’elles doivent préserver leur taux de rendement interne du capital investi est la clé du succès de notre lutte contre le changement climatique. Nous trouvons cette approche plus fructueuse à long terme que de simplement discréditer leurs pratiques. 
Les dynamiques initiées par exemple par le Forum économique mondial, les sommets Earth Day & One Planet, démontrent que nous pouvons accélérer ce changement pour des économies plus durables et que les principales forces de la société ont désormais clairement reconnu l’urgence dans laquelle nous vivons. 
Certains pionniers – par exemple le mouvement “1% pour la planète”, créé par Yvon Chouinard et Craig Matthews – ont démontré que les entreprises d’impact peuvent être des entreprises à la fois performantes. Les Nations Unies promeuvent différents cadres pour les activités résilientes avec les Objectifs de Développement Durable (ODD) ou l’Agence Global Compact des Nations Unies, et la plupart des pays en développement développent des statuts spécifiques pour les entreprises d’impact et d’investissement – comme le statut d’Entreprise à Mission en France, ou BCorps (Benefit Corporations). 
Green Cross travaille également sur divers projets à cet égard, notamment une nouvelle vision dont nous parlerons prochainement et divers groupes de réflexion sur la transition économique mondiale, comme celui créé par Green Cross France qui étudie avec des économistes de classe mondiale et des entreprises de premier plan le concept d’économie régénérative, d’économie circulaire et les concepts connexes d’économies résilientes. 
Du point de vue de la réglementation, il a été démontré sur différents marchés dans le monde entier que donner un prix aux externalités et plus particulièrement aux émissions de CO2 est non seulement un moyen de donner à l’industrie un signal et une impulsion pour le changement, mais aussi d’accélérer l’innovation et la compétitivité et d’atteindre rapidement des niveaux d’émission beaucoup plus compatibles avec une économie durable. D’autres défis – liés à la récupération de la qualité de l’eau et des océans, à l’alimentation et aux sols, aux forêts et à la biodiversité, entre autres – sont également inclus dans notre travail et nous sommes impatients de les présenter lors des prochaines conférences internationales – de la CdP 26 de Glasgow au Congrès de l’UICN de Marseille – ainsi que les réalisations collaboratives qui en découleront.

 

B.M. : Green Cross International a été fondée par l’ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev en 1993, sur la base du travail entamé par le Sommet de la Terre de 1992 à Rio de Janeiro, au Brésil. Le 6 juin 1992, les délégués du Sommet de la Terre de Rio ont demandé à Gorbatchev de créer Green Cross International. A peu près au même moment, le député au Conseil national suisse Roland Wiederkehr a fondé “World Green Cross”, avec des objectifs similaires. Les deux organisations ont fusionné en 1993 pour devenir Green Cross International, qui a été officiellement lancée à Kyoto, au Japon, le 18 avril 1993. Pourquoi les années 1990 ont-elles été si favorables à l’essor des ONG, en particulier celles axées sur la protection de l’environnement, alors que ces acteurs non étatiques ne pesaient pas lourd dix ans plus tôt ?

W. B. : Depuis le Club de Rome en 1972 sur les limites de la croissance, les alertes liées à la dégradation de l’environnement ont été nombreuses dans le dernier quart du 20ème siècle. Les ONG ont commencé à se développer avant les années 90, même si la chute du mur a certainement accéléré le mouvement. 1992 a vraiment été un moment décisif, générant une impulsion pour changer notre vision sur la façon dont nous vivons sur cette planète, et sur l’importance pour l’humanité de son bien-être à moyen et long terme. Parmi les animateurs du Sommet de la Terre de Rio figuraient non seulement Mikhaïl Gorbatchev et Mario Soares, mais aussi Jacques Cousteau et Severn Cullis-Suzuki, une jeune femme qui disait au monde “nous sommes ce que nous faisons”.
L’émergence des réseaux sociaux dans les années 2000 a vraiment aidé à créer des perturbations culturelles, comme les interventions de Greta Thunberg à l’ONU et son influence sur les médias sociaux qui a touché des millions de jeunes activistes qui, avec leurs protestations, ont finalement réussi à réveiller les politiciens sur l’urgence climatique et à façonner leur agenda. Cela a été crucial car, de manière générale, la transformation et le changement efficace ne viennent pas des gouvernements, mais des pionniers dans des territoires spécifiques, des mouvements de la société civile, des entreprises conscientes et des organisations non gouvernementales, qui font bouger les choses dans le monde entier, inspirant ainsi les nations et les mouvements mondiaux. C’est exactement ce qui se passe actuellement, à différentes échelles, avec Greta Thunberg et Youth for Future, Bertrand Piccard et les 1000 Climate Solutions, ou Trammell Crow avec EarthX. NOUS devons maintenir cet élan mondial, et bien sûr Green Cross International travaille étroitement pour être à l’avant-garde et contribuer à ce mouvement mondial.

 

B.M. : La mission de Green Cross International est également de ” contribuer à la prévention et à la résolution des conflits résultant de la dégradation de l’environnement ” ; ” et de fournir une assistance aux personnes touchées par les conséquences environnementales des guerres, des conflits et des calamités d’origine humaine “. Le lien entre la géopolitique et la protection de l’environnement est extrêmement intéressant. En effet, les armées sont les plus grands pollueurs de la planète. Les guerres ont un coût extrêmement élevé sur l’environnement, avec la pollution massive des eaux, de l’atmosphère, la destruction de sites culturels, la déstabilisation des écosystèmes. Comment Green Cross International intervient-elle dans ces zones dangereuses ? Quel type d’actions préventives et curatives menez-vous ?

W. B. : Green Cross International structure ses activités en 5 domaines d’activités différents, assurant différents modes de réponse, de l’anticipation des conflits à la remédiation. Ces domaines d’activités sont l’eau pour la vie et la paix, la sécurité et la stabilité environnementale, les énergies intelligentes, les soins de médecine sociale pour aider les gens à guérir et à se reconstruire, et le changement de valeurs. 
Notre programme Eau pour la vie et la paix aide chaque jour des centaines de milliers de personnes, au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, en Chine, au Sri Lanka, en Bolivie et au Mexique, à avoir un accès correct à l’eau, et un meilleur accès à l’éducation.
Dans le cadre de notre programme Sécurité et durabilité de l’environnement, nous avons participé à la destruction d’armes chimiques en Syrie, signalé les pires menaces toxiques au monde et contribué à de nombreuses initiatives d’anticipation des conflits liés à l’extraction des ressources, aux conflits d’utilisation des terres, à la pollution de l’eau ou aux moyens de subsistance des communautés locales. Pour travailler sur des sites de guerre, vous devez passer par un processus minutieux d’établissement de la confiance avec les parties au conflit et les populations locales. Ce n’est que si vous gagnez la confiance et le respect de tous que vous pourrez obtenir quelque chose. Pour cela, il est essentiel d’avoir une approche humaniste. Les gens, quel que soit le camp auquel ils appartiennent, souffrent énormément, et aborder cette souffrance nous permet d’entamer un dialogue. Nous allons dans les églises, les écoles, nous parlons aux populations, et nous amenons les décideurs à soutenir les enfants. Nous fournissons de la nourriture, de l’eau et des jouets aux enfants. C’est basé sur l’empathie et l’inclusion. Dans un environnement politique complexe comme la Syrie, avec des dizaines de belligérants différents, vous ne pouvez faire le travail que si tout le monde est d’accord pour vous laisser le faire. Cela nécessite une approche strictement non idéologique, non politique, humaniste, avec un fort accent sur le bien-être des populations. En tant qu’étranger sans contacts locaux, on ne peut rien obtenir. 
Notre programme “Smart Energy” rend non seulement les énergies renouvelables, mais aussi l’efficacité énergétique beaucoup plus accessibles, en donnant aux décideurs et aux innovateurs locaux des arguments et un plaidoyer pour agir, mais aussi en partageant les retours d’expérience. Par exemple, nos représentants australiens sont bien avancés dans la gestion de l’énergie dans les bâtiments, nos collègues français travaillent sur l’économie circulaire mais aussi sur les villes durables, et nous travaillons à l’échelle mondiale en partageant nos connaissances et nos idées sur l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables et les technologies émergentes telles que l’hydrogène ou la capture du CO2 – en ayant une approche non pas uniquement technique mais humaniste et systémique. Savez-vous par exemple que pour tout investisseur privé dans le monde, d’un point de vue strictement économique, investir dans l’énergie solaire est bien plus rentable que de penser à l’énergie nucléaire ?
Notre programme Social Medicine Care a redéveloppé de nombreuses activités de remédiation dans le cadre du soutien aux communautés après Tchernobyl d’abord, puis dans les environs de Fukushima ensuite.
Notre programme Value Change a donné lieu à d’énormes programmes éducatifs et conférences organisés dans le monde entier au cours des 20 dernières années (la dernière en 2019 à Puerto Madryn, en Argentine) pour fournir aux décideurs, aux jeunes et aux communautés locales une boîte à outils éducative co-construite afin qu’ils puissent devenir leurs propres ambassadeurs du changement.
L’un des projets les plus récents et les plus passionnants que Green Cross développe actuellement concerne une déclaration de vision renouvelée reflétant l’évolution rapide du domaine environnemental. Nous avons l’honneur de développer ce projet avec Martin Lees, président du groupe de travail de l’OCDE sur la pensée systémique, ancien secrétaire général adjoint des Nations Unies pour la science et la technologie et recteur émérite de l’Université des Nations Unies pour la paix, entre autres. Martin est un vieil ami de l’organisation, puisqu’il a dirigé la Task Force GCI sur le changement climatique à la suite de la Conférence des Nations Unies Rio+20, où il a également présenté et participé en tant qu’orateur principal au nom de Green Cross, demandé personnellement par le Président Gorbatchev.
Cette nouvelle vision considère l’importance de reconnaître trois réalités : premièrement, les ressources environnementales et les dimensions sociales du progrès humain doivent être grandement renforcées dans la définition de nouvelles politiques pour atteindre la durabilité. Deuxièmement, les crises auxquelles nous sommes confrontés dans les domaines environnemental et économique sont liées et ne peuvent être traitées indépendamment. Il faut une approche intégrée cohérente, dans laquelle l’AGC peut jouer un rôle énorme. Troisièmement, en raison de décennies de déni et de retard, nous disposons désormais d’un temps très limité pour agir. Nous devons nous concentrer sur l’action, et pas seulement sur la discussion.

 

B.M. : En 1994, les premières organisations nationales de la Green Cross (GCNO) ont rejoint la GCI à La Haye, notamment le Japon, les Pays-Bas, la Fédération de Russie, la Suisse et les Etats-Unis. Aujourd’hui, la Green Cross International est présente dans plus de 30 pays. Cependant, Green Cross International a des difficultés à pénétrer certains sous-continents : GCI n’est présent dans aucun pays à majorité musulmane, et deux des plus grands pollueurs du monde, la Chine et l’Inde, n’ont aucune organisation affiliée à Green Cross. Comment expliquez-vous ces réticences à accueillir une ONG à dominante occidentale et comment envisagez-vous d’établir une présence plus forte dans les pays non occidentaux ?
W. B. : Green Cross International est très bien représentée – et ce dès les premières étapes de notre mouvement – en Argentine, en Biélorussie, en Bolivie, au Brésil, au Burkina Faso, au Ghana, en Italie, en Ukraine et au Sri Lanka. L’une des visions de Mikhaïl Gorbatchev lors de la création de Green Cross au niveau mondial est que le changement viendra des communautés locales, et qu’il n’y a aucun intérêt à multiplier le nombre de bureaux si les représentants ne sont pas des locaux.
A l’instar de la Croix-Rouge, Green Cross (connue sous le nom de Global Green aux Etats-Unis) observe une stricte neutralité à l’égard de toute confession, soutient et met en relation toutes les bonnes volontés qui veulent apporter leur contribution, quels que soient les critères. Nous encourageons également la coopération locale.

Quelques exemples sur notre façon d’agir : 
Green Cross Italie a développé au Sénégal un formidable programme d’agriculture durable et de restauration des sols en s’appuyant directement sur les communautés locales et leur organisation, étant maintenant parfaitement habilitées à propager le modèle à leurs voisins. 
Green Cross France & Territoires travaille sur la résilience locale, ayant développé des partenariats à long terme avec des organisations locales dans le Pacifique Sud (Nouvelle-Calédonie, Fidji…), l’Océan Indien, l’Afrique (Congo, Maroc…) et même sur la Côte d’Azur et le Nord de la France.
Global Green travaille avec des experts sur le terrain et des tribus indigènes en Amazonie pour restaurer une partie des écosystèmes perdus et fournir des formes de revenus aux tribus locales, qui sont alors plus incitées à protéger la précieuse et belle terre qui est leur foyer.
Nous ne cherchons pas à être une ONG dominante, mais notre modèle consiste à être coopératif, efficace et à avoir un impact. Grâce à nos programmes, nos projets et notre participation à des événements locaux, nous sommes déjà actifs dans de nombreux endroits du monde, notamment en Chine et en Inde. Lors de la sélection de nos nouvelles organisations et des partenaires avec lesquels nous travaillons, nos principales préoccupations sont de partager des principes communs et une vision, tout en nous assurant que l’organisation partenaire est bien connue et reconnue localement.
Pour en revenir à votre point, nous essayons de fonctionner avec une éthique de collaboration. La domination ne fait pas partie de nos valeurs. Cependant, nous devons aller au-delà du simple fait de ne pas discriminer les autres cultures, pour plutôt nous les approprier et utiliser les références culturelles indigènes pour faire avancer la cause de l’environnement dans les pays non occidentaux. Dans les pays confucéens par exemple, l’harmonie (和) est un principe essentiel qui peut être mobilisé pour sauvegarder la planète. Notre Assemblée Générale, qui rassemble des personnes du monde entier, est très utile pour avoir des échanges avec des personnes de différents milieux culturels afin de rendre le GCI aussi multiculturel que possible. Nous cherchons aussi beaucoup à Green Cross International à nous associer avec des ONG locales dans les pays confucéens, hindous et islamiques pour transposer la lutte contre le changement climatique dans les contextes culturels et civilisationnels locaux. Rechercher des entreprises internationales basées dans ces pays et ayant des intérêts mutuels par le biais du commerce est une façon de procéder, et nous la déployons remarquablement. 

 

B.M. : La mission de l’organisation est également de “promouvoir des normes juridiques, éthiques et comportementales qui assurent des changements fondamentaux dans les valeurs, les actions et les attitudes du gouvernement, du secteur privé et de la société civile, nécessaires pour développer une communauté mondiale durable”. Ce travail de promotion est mondial mais doit être adapté aux cultures locales et aux contextes socio-économiques. Il se concentre avant tout sur les pays disposant du plus grand soft power et ambitionne de constituer une base de pouvoir des segments de la population intéressés par la protection de l’environnement. Comment organisez-vous la communication avec vos partisans sur les médias grand public et les réseaux sociaux du monde entier ? Comment faites-vous pour qu’ils restent engagés dans la diffusion des valeurs environnementalistes de GCI ?

W. B. : A Green Cross International, la communication n’est pas différente de l’action. Nous sommes peut-être idéalistes, mais nous ne voulons pas communiquer à outrance, mais nous nous en tenons au message de Severn Suzuki à Rio 92 “nous sommes ce que nous faisons”. Chaque organisation nationale établit la conversation avec ses communautés de la manière qui lui semble la plus appropriée, et nous complétons cela par une vision commune et de nombreuses initiatives mondiales. À titre d’exemple, nos GCNO d’Argentine et de France publient des livres d’information sur des problèmes locaux spécifiques, des actions de sensibilisation et de nouveaux modes de vie durables (par exemple, keysforaction.org – desclespouragir.fr), et tous ensemble, nous organisons ou contribuons à environ 50 événements et publions une dizaine de documents de sensibilisation par an.
Pour la communication avec les personnes, nous équilibrons les événements en direct (comme un gala pré-Oscar à Los Angeles) avec les réseaux sociaux pour nous assurer que nous n’avons pas seulement des fans ou des partisans, mais que les membres de Green Cross se sentent comme faisant partie de la conversation et de l’action, ce dialogue et cette connexion étant soutenus localement par tout directeur et personnel de GCNO avec leurs partenaires locaux. Tous les deux ans, nous avons une Assemblée générale mondiale de Green Cross International, qui est l’occasion de travailler et de partager les dernières mises à jour, les conclusions et la vision globale, en fixant l’ambition et le plan d’action pour les années à venir, mais aussi de découvrir les nouveaux membres de l’organisation et de faciliter les synergies et les opportunités de collaboration entre toutes nos organisations nationales. Je n’ai aucun doute que lors de la prochaine Assemblée Générale, ainsi que la préparation des événements de notre 30ème anniversaire (au printemps 2023) seront de grandes opportunités pour construire ensemble une ambition et un plan d’action global mis à jour pour un impact international décisif dans la prochaine décennie fondamentale.

 

B.M. : La GCI est un organe consultatif où sont admis des observateurs de nombreux organismes des Nations Unies, tels que le Conseil économique et social des Nations Unies ; l’UNESCO ; la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ou la Conférence des parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD). Elle est sans doute l’une des organisations écologistes les plus influentes de la planète. De nombreuses célébrités siègent à son conseil d’administration honoraire, comme Leonardo DiCaprio la princesse Basma bint Talal de Jordanie. Comment faites-vous pour que ce réseau d’individus précieux reste engagé dans la lutte contre le changement climatique ? Les tenez-vous informés mensuellement des progrès de la GCI ? Leur demandez-vous des initiatives ? Leur proposez-vous des initiatives auxquelles ils participent ?

W. B. : Pour être clair, Green Cross a le statut de consultant auprès des Nations Unies, nous sommes invités et contribuons en tant qu’observateurs à des événements internationaux tels que les Conférences des Parties (la fameuse CoP, la prochaine CoP 26 sur le climat étant à Glasgow en novembre), la Semaine du climat et l’Assemblée générale des Nations Unies, et nous sommes également observateurs ou participants à des mouvements et événements internationaux tels que le One Planet Summit ou le Climate Action Summit. Notre comité d’honneur est très important pour nous, car c’est non seulement un moyen de communiquer sur ce que nous sommes et nos actions, mais aussi de les incarner et de les coordonner avec des initiatives d’impact global.
A titre d’exemple, lorsque le Président de Green Cross France et Territoires, Jean-Michel Cousteau, a décidé de lancer mondialement son film 3D “Les Merveilles de la Mer” avec le soutien et le relais de Green Cross, il a eu la voix d’Arnold Schwarzenegger et a utilisé le film pour toucher un public plus large grâce à la “beauté des images”, selon ses propres termes. 
L’impact est notre raison d’être et notre mot clé pour l’action. Disposer des bons bancs de leaders autour de nous – jeunes ou vieux, femmes ou hommes, provenant d’autant de régions du monde que possible – est un facilitateur essentiel, tout comme le fait d’être sûrs d’être là où se passe l’action. Bénéficier d’un personnel exceptionnel pour assurer la coordination entre ces célébrités et les parties prenantes est essentiel pour notre organisation, et je dois dire qu’avec Liam Quaresimin, notre organisation a développé l’un des meilleurs systèmes de communication avec ses donateurs, en les invitant à notre assemblée générale, aux réunions du conseil d’administration et à des ateliers supplémentaires. Nous devons communiquer par tous les moyens, des événements sociaux aux actions de plaidoyer formelles et aux conférences internationales, et nos ambassadeurs travaillent également main dans la main sur nos projets. Les entreprises jouent un rôle essentiel : nous préparons actuellement avec Amazon inc. un produit dédié aux produits verts (ménages, alimentation, quotidiens, etc.) qui s’appellera GoGlobalGreen. Ces initiatives sont extrêmement importantes pour sensibiliser à la lutte contre le changement climatique causé par l’homme. Nous organisons également des événements de masse, comme celui, en Californie, des “hamburgers impossibles” végétaliens, qui facilitera également la distribution de 50 000 vaccins COVID-19, en sensibilisant les gens à l’alimentation à base de plantes qui est bien sûr beaucoup moins gourmande en carbone. Ou encore des événements de streaming en direct avec des musiciens de renom utilisant le pouvoir de leur musique pour sensibiliser leur immense base de fans. 
En vue de notre 30e anniversaire, nous préparons beaucoup de surprises et d’innovations autour de nos activités avec notre réseau de personnes de valeur. Et bien sûr, nous garderons pour les lecteurs de Forbes quelques informations privilégiées.

 

GCNOs : Green Cross Natural Organizations 

 

<<< À lire également : Comment Sir Danny Alexander accélère-t-il le développement économique et social en Eurasie? >>>

Back to top button