Science

Rendez-vous avec la Lune: an encore for patience – Rodolphe Krawczyk

Le retour d’humains sur notre satellite naturel n’en finit pas de faire la une de journals et d’émissions. Au-delà du buzz, la réalite rejoint peu à peu la fiction.

J’ai déjà évoqué à plusieurs reprises dans ce blog les péripéties du retour à la Lune pour cette décennie: valse de directeurs des volsholds, retards à répétition, reorientation methods (les trois étant bien sûr liés). Depuis le début de l’année, la voltage semble être montée d’un cran.

En avril dernier, l’inspecteur général de la Nasa déclarait qu’en dépit des progrès “Signifiers” under the Artemis destiné à renvoyer des Humains sur la Lune program, il est probable que l’objectif de 2024 glisse, for a variety of reasons.

  • Le processus d’intégration, pour la première fois of the Kennedy Space Center, du Space Launch System (le nouveau lanceur gigantesque de la Nasa), du vaisseau space Orion et des systèmes d’exploration, tous en cours de développement, est complexe et long ( il faut comprendre plus complexe et plus long que prévu).
  • Deux modules Principaux d’Artemis, le PPE (electrical power and movement) and le Halo (logement des astronautes et logistique), affichent des retards et des depassements de coûts. En novembre 2020, les problèmes Techniques du PPE n’étaient toujours pas résolus et en mars 2021, ceux du Halo constraint à un risque de dérive de douze mois. In January 2021 “Program not presented” and “Margin planning for three parties plus resignation”. L’idée de lancer simultanément le PPE et le Halo pour gagner du temps et de l’argent ne fonctionne final pas aussi bien que prevu.
  • Enfin, le HLS (système d’alunissage pour les astronautes) rencontre lui aussi des problèmes “Potentials”

Et même si Bill Nelson, le nouvel administrateur de la Nasa, confirmed avril’s engagement method with his son to return a man to the moon in 2024, il admettait néanmoins la “The sobering reality that space is difficult” (ce qui se pas de traduction; eh oui, même Elon Musk l’avait reconnu après ses premiers déboires sur ses lanceurs!), tout en ajoutant qu’il n’était pas autorisé à donner de details sur la date butoir car il n ‘avait pas encore été assermenté (ce qui s’est fait début mai). On n’est jamais trop prudent. Et à un tel poste, mieux vaut ne pas promettre la Lune …

Nouveau coup de theater début mai, after authorship of Nasa au désormais incontournable SpaceX, has not suffered $ 3 billion for dépose d’humains sur la Lune.

Les deux autres concurrents, Blue Origin (not out of PDG sympathy for Jeff Bezos for rival Elon Musk’s son, déjà relatée on the blog) and Dynetics, ont déposé une plainte auprès du GAO (equivalent to the American Cour des comptes), accuses NASA of distorting the competition and risk assessment for starships (il est vrai qu’elle a explosé quatre fois à l’arrivée au Cours des cinq derniers essais).

L’offre de SpaceX était inférieure de “Pros of billions of dollars” à celle de ses concurrents, ce qui peut s’expliquer:

  • When the funding conditions for the congress program change, at SpaceX aurait devoilées uniquement at SpaceX au cours d’une réunion tenue le 2 avril (ce que dément la Nasa, qui affirme que cette réunion était centrée sur la négociation) du contrat après le choix de SpaceX) ;
  • en partie par l’absence de module de remontée séparé chez SpaceX, ce qui, d’après Blue Origin (qui propose un tel module), Entraînera des risques de détérioring des moteurs Principaux du Starship.

Dynetics pointe aussi les risques liés au développement de nouveaux moteurs Raptor pour le Starship, ainsi que le besoin d’un ascenseur for descending astronauts on the left radiant substitute ports of a star ship in an ultrahigh extreme state. D’après Dynetics, aucun concept d’ascenseur n’a réussi à fonctionner correctement dans les conditions rencontrées sur la Lune.

Le conflit doit être réglé d’ici début août, laps de temps pendant lequel le program est mis entention, en accord avec les règles du GAO – qui ne peut pas s’opposer à la décision de la Nasa, mais peut lui demander de corriger des erreurs possibles dans le processus de sélection, voire de rouvrir la compétition (au moins en apparence).

Atmosphere, atmosphere … Accompanied by guests, get ready for 2024 a day of life throughout the day. Ce n’est pas dramatique dans l’absolu, car program Artemis finira bien par aboutir. Le seul dangerous serait celui d’une magistrale gifle à l’ego des États-Unis si-la Chine or la Russie réussissait à the messenger of the people in the village living before returning to America. Ou, pire, si en prenant trop de risques pour que les États-Unis restent les premiers, Artemis se soldait par une catastrophe method et surtout humaine.

Entendant de remettre les pieds sur la Lune, il serait donc sage de les garder encore un peu sur Terre (possibly sans trépigner).

Back to top button