Gaming

Rétrospective de King’s Field : explorer les racines d’Elden Ring et de Dark Souls – NetCost & Security

Il y a un peu plus de 10 ans, Demon’s Souls lançait sur PS3, un RPG d’action importé d’un développeur japonais peu connu nommé FromSoftware. Il serait juste de dire que le jeu et ses successeurs et spin-offs de la série Souls ont sérieusement transformé le genre action-RPG.

Les trois derniers jeux Assassin’s Creed ont imité la configuration de contrôle des boutons d’épaule et des déclencheurs de FromSoftware. Et quand Ubisoft « emprunte » votre système de combat en gros, vous êtes définitivement sur quelque chose.

FromSoftware est maintenant un nom familier. Elden Ring, leur prochain titre est créé en collaboration avec George RR Martin de Game of Thrones. Et bien que Bluepoint l’ait créé, le remake de Demon’s Souls reste l’un des rares titres exclusifs à PlayStation 5 actuellement disponibles. D’être connu pour la série de tireurs de mech Armored Core excentrique à un vendeur de système Sony le jour du lancement, From a parcouru un long chemin.

La série Souls n’est cependant pas née dans le vide. Miyazaki & Co. n’a pas simplement décidé un jour de passer des batailles de mech de science-fiction au combat de mêlée gothique. Non, l’histoire du RPG de FromSoftware ne commence pas avec Demon’s Souls.

Mais d’où vient cette atmosphère, ce sentiment épique de désespoir ?

Il faut remonter 15 ans avant Demon’s Souls à la série King’s Field. Cette gamme pionnière mais totalement obscure de RPG à la première personne a marqué les premiers efforts de FromSoftware dans le développement de jeux vidéo et dans le genre d’atmosphère oppressante pour laquelle les jeux Souls sont connus. Avec la sortie prochaine d’Elden Ring, c’est le bon moment pour revenir en arrière et découvrir 10 ans de King’s Field.

King’s Field 1 : Une révolution oubliée

id Software et Quake sont largement connus comme les premiers jeux « vraiment 3D » sur le marché, avec des personnages et des environnements entièrement polygonaux. Oui, en 1996, Quake était un spectacle à voir sur PC. Mais ce n’était pas en fait le premier titre complet en 3D.

Alors qu’un certain nombre de titres en faux 3D comme Ultima Underworld et le propre Doom d’id ont été lancés au début et au milieu des années 90, ils présentaient tous des inconvénients substantiels : ces jeux n’étaient pas réellement construits sur des moteurs de jeu 3D. Au lieu de cela, ils ont utilisé des astuces de mise à l’échelle des sprites pour fournir une illusion plus ou moins convaincante.

1623411386 840 Retrospective de Kings Field explorer les racines dElden Ring et

Ultimate Underworld : un premier jeu de rôle en faux-3D – Image : DSOGaming

King’s Field, en revanche, était la vraie affaire : environnements en 3D, textures, éclairage et personnages polygonaux. Il a été lancé près de deux ans avant Quake. Et c’était une exclusivité PlayStation. Oui, la PS1 de Sony a livré un spectacle RPG 3D complet des années avant le PC.

King’s Field était une merveille technologique pour l’époque. Mais tout aussi intéressante est l’approche que FromSoftware a adoptée pour la narration et le gameplay. Passez 10 minutes avec l’original King’s Field et il devient évident d’où vient la marque de malheur clairsemée et suggérée de Dark Soul.

Le premier King’s Field n’a jamais été lancé en dehors du Japon. Cependant, une traduction de fans et un émulateur PlayStation 1 peuvent aider à découvrir les secrets de ce jeu. « Seul le brouillard à la dérive de la forêt savait qui était cette personne. Les citoyens ont appelé leur sauveur le Dragon de la forêt », dit le texte d’introduction défilant qui passe pour l’histoire de King’s Field. Ce flou délibéré est quelque chose que nous voyons dans le récit des titres de Dark Souls, avec des tonnes de théories de fans et de spéculations sur ce que signifie exactement un point particulier de l’intrigue.

Retrospective de Kings Field explorer les racines dElden Ring et

L’atmosphère et l’environnement de King’s Field rappellent également les titres ultérieurs de Souls. Une différence clé ? Le jeu se joue à la première personne. Il s’agissait probablement d’un compromis technique, limitant suffisamment le champ de vision pour donner à la PlayStation 1 une chance d’exécuter réellement le code.

Le jeu a fonctionné à 20 FPS tout au long, avec des creux intermittents – FromSoftware n’a pas pu tirer plus du processeur 34 MHz de la console. Mais plutôt que d’entraver l’expérience, le développeur a en fait construit le gameplay de King’s Field autour d’une fréquence d’images plus lente. Chaque mouvement dans le jeu, de la marche au balancement de votre épée, est presque comiquement prudent et délibéré. Il faut beaucoup de temps pour se balancer sur un squelette.

1623411388 355 Retrospective de Kings Field explorer les racines dElden Ring et

King’s Field présentait des graphismes polygonaux entièrement texturés sur la PlayStation en 1994 – Image: Vistapointe

FromSoftware a construit une méta entière de risque-récompense autour du combat lourd. Tout comme dans Dark Souls, les ennemis frappent fort. L’horreur du piège à mouches de Vénus au début du jeu peut vous éliminer en quelques coups. Sans flacon d’Estus, la guérison est encore plus difficile et la barre de puissance/endurance s’épuise après avoir lancé une seule attaque. Tout cela rend le timing tout aussi important que dans un jeu Souls contemporain : éloignez-vous pendant les images d’attaque d’un ennemi, puis chronométrez votre épée lourde juste pour établir le contact avant la prochaine animation d’attaque ennemie. Oui, c’est à la première personne, mais l’ADN de Souls est là pour tout voir.

King’s Field était presque un titre de lancement PlayStation, arrivant quelques semaines seulement après que la console a commencé à être expédiée au Japon. C’était le premier coup de couteau de From dans le développement de jeux vidéo et cela s’est avéré être un succès commercial sur le marché japonais, suffisant pour donner naissance à une suite qui a finalement réussi à sortir du pays.

King’s Field 2 et 3 : la percée internationale

Entre Nioh sur PC, les sorties de Final Fantasy sur mobile et même la franchise Persona d’Atlas, les titres japonais ne manquent pas pour le public anglophone ces jours-ci. Le milieu des années 90 était une époque très différente, cependant. La PlayStation originale elle-même était la première console de Sony et la société était plus connue pour les baladeurs que pour les jeux.

La PlayStation a été lancée aux États-Unis en septembre 1995, près d’un an après sa sortie au Japon. En raison de cet écart important, un certain nombre de titres PlayStation de l’ère du lancement, y compris le premier King’s Field, n’ont jamais atteint les côtes américaines. Les deux prochains matchs de King’s Field, cependant, ont eu un lancement international. De manière confuse, étant donné que King’s Field 1 n’est jamais arrivé aux États-Unis, King’s Field 2 a été intitulé « King’s Field » sur le marché américain et King’s Field 3 est devenu King’s Field 2.

King’s Field 2 était en grande partie une mise à jour itérative du jeu original, bien qu’il comportait des textures légèrement améliorées et une plus grande variété d’ennemis. King’s Field 3, cependant, le dernier titre à être lancé sur PS1, était un magnum opus. Le jeu a pris de nombreuses innovations de King’s Field – y compris le manque d’écrans de chargement – et a composé jusqu’à 11. King’s Field 3 présentait des étendues importantes d’environnements extérieurs, connectés de manière transparente aux donjons.

1623411389 550 Retrospective de Kings Field explorer les racines dElden Ring et

Cet objet de King’s Field III rappelle l’alliance de la lumière du soleil de Dark Souls – Image : u/CeliceTheGreat

Tout comme Dark Souls le ferait des décennies plus tard, le jeu offrait aux joueurs un sentiment d’émerveillement et d’échelle alors que le village de départ évoluait dans de nouveaux environnements sans écran de chargement entre eux.

Au niveau technique, King’s Field 3 a poussé la PS1 à ses limites absolues. L’environnement transparent en 3D et les personnages détaillés (pour l’époque) se sont soldés par des performances épouvantables. C’était un jeu qui a culminé dans la gamme 20 FPS, avec des choses qui ne font que dégringoler à partir de là, en particulier à l’extérieur. Le rythme lent du combat a aidé, mais parfois, le jeu vous donnait l’impression de marcher et de vous battre à travers de la gelée.

Une revue GamePro de 1996 décrit des combats qui ont duré jusqu’à cinq minutes, simplement parce que le personnage et les ennemis se déplaçaient si lentement. Avec ses combats inhabituels et son histoire sombre et clairsemée, King’s Field 3 et la franchise dans son ensemble sont restés un créneau. Cependant, les performances commerciales étaient juste assez bonnes pour mériter un tour de plus, cette fois sur PlayStation 2.

King’s Field IV : le RPG méconnu de la PS2

La PlayStation 2 a en quelque sorte la réputation d’héberger des RPG japonais phénoménaux. De Yakuza à Persona, en passant par Kingdom Hearts et Final Fantasy, la console a plus que sa juste part de JRPG classiques.

Mais il y a un titre FromSoftware sur PS2, l’un des jeux les plus ambitieux techniquement sur la console, qui reste méconnu à ce jour : King’s Field IV: The Ancient City. Le dernier jeu de la franchise – à l’exception de deux spin-offs PSP mal reçus – à bien des égards, les visuels du jeu tiennent encore aujourd’hui. Le saut technique vers la PS2 permet de voir plus facilement le fil conducteur dans la direction artistique et l’atmosphère entre ces jeux et leurs successeurs Souls. Même de petits détails, comme le déserteur voûté au début du jeu, rappellent des personnages comme Hawkwood de Dark Souls 3.

King’s Field IV conserve le rythme lent et la faible fréquence d’images des jeux précédents. L’objectif de 20 FPS a permis à FromSoftware de faire ressortir des effets techniques peut-être en avance sur leur temps. Nous voyons des lumières dynamiques, du brouillard volumétrique et des modèles ennemis à polygone élevé. Comparé à King’s Field IV, The Elder Scrolls III: Morrowind, un RPG Xbox qui est arrivé un an plus tard, semble positivement primitif par endroits.

1623411390 738 Retrospective de Kings Field explorer les racines dElden Ring et

King’s Field IV a apporté la série au matériel de sixième génération – Image: AdammusPrime

Une génération au-delà de ses origines PS1, King’s Field IV offre un sentiment impressionnant d’appartenance et d’oppression, avec des textures de murs rugueux, un ciel sombre et des environs qui ne sembleraient pas déplacés dans un jeu Souls moderne avec un peu de crachat et de polissage.

King’s Field IV est sorti en 2001, une fenêtre de sortie malheureuse. Entre des géants AAA comme Grand Theft Auto III et Final Fantasy X, King’s Field IV n’a jamais eu la chance de capter un public comme l’ont finalement fait les jeux Souls.

FromSoftware a présenté Demon’s Souls à Sony, qui était assez timide à ce sujet pour en faire presque une sortie uniquement au Japon. Sans ce dernier mouvement, la marque unique de narration environnementale de From serait restée en grande partie oubliée.

Le début, pas la fin d’une époque

King’s Field est mort. Mais ses successeurs spirituels, la série Souls, sont devenus l’un des noms les plus reconnaissables du jeu vidéo. Bien que tout ne soit pas repris, l’essence de King’s Field : des intrigues mystérieuses et inquiétantes, des environnements interconnectés et un système de combat simple mais brutal basé sur l’endurance et le timing sont bien vivants dans le milieu du jeu vidéo d’aujourd’hui.

1623411391 533 Retrospective de Kings Field explorer les racines dElden Ring et

« Soulslikes » sont un ensemble genre, allant des rouleaux latéraux comme Hollow Knight aux clones de Dark Souls comme Lords of the Fallen. Peu de gens tiennent une bougie aux jeux principaux Souls. Mais les meilleurs se rapprochent de ce mélange séduisant de combat, de mystère et de pressentiment que King’s Field a lancé il y a 25 ans.

Série de jeux vidéo exceptionnelle de Netcost-security.fr

Asseyez-vous, prenez quelques Doritos et Mountain Dew pendant que nous revisitons certaines des franchises de jeux vidéo sur PC les plus mémorables, depuis leur création jusqu’à devenir des séries de jeux et finalement des phénomènes culturels.

  • Dark Souls: The Board Game (français)

  • Jeu de stratégie Streamforge SFGD001 – Dark Souls

    Défiez la mort! Pour éviter la venue des ténèbres, une malédiction a été lancée sur l’humanité.
    Vous êtes le seul mort-vivant choisi, porteur de la malédiction, et c’est sur vous que repose le destin de ce monde.
    1 à 4 joueurs
    À partir de 14 ans.
    Temps de jeu : 90 à 120 minutes.

Back to top button