Technology

Werner Vogels (DT Amazon) : « le cloud se rapproche de plus en plus »

La croissance d’AWS, et plus généralement du cloud computing, signifie que cette technologie n’est plus quelque chose de lointain, mais une fonction qui s’intègre à l’informatique à chaque instant, indique Werner Vogels, directeur technique d’Amazon. « C’est juste au coin de la rue », dit-il.

« Le cloud est désormais au coin de la rue », estime Werner Vogels, le technologue en chef d’Amazon, dans une interview accordée à .

Werner Vogels, qui occupe le poste de technologue en chef (directeur technique) depuis plus de 17 ans chez le géant du cloud computing, explique comment le développement de la technologie de cloud computing, et en particulier d’AWS (Amazon Web Services), qui a été le pionnier du cloud public en 2007, a abouti au fait que le cloud fasse partie intégrante de l’utilisation des ordinateurs désormais.

Selon lui, le grand public a encore l’impression que « le cloud est un ensemble de choses qui se trouvent “dehors”, quelque part. Et, peut-être qu’au début, lorsque nous avons lancé les deux premières régions d’AWS, c’était le cas ».

« Le cloud est littéralement au coin de la rue »

« Mais maintenant, il y a 24 régions dans le monde, 84 zones de disponibilité, des centaines de points de présence – le cloud est de plus en plus proche de chaque individu », indique le directeur technique, faisant référence à la portée globale de l’infrastructure AWS.

Le cloud est littéralement au coin de la rue, dans le sens où lorsque vous marchez, parlez, envoyez des SMS et utilisez des applications, il y a un produit AWS. « Si vous avez votre téléphone 5G, je ne serais pas surpris que vous accédiez aux services AWS de votre opérateur, qui fonctionnent en fait dans un point d’accès AWS proche de vous. » La notion de proximité peut être symbolisée par les zones locales d’AWS, une option où le calcul et le stockage et les services supplémentaires sont déployés à proximité des grands centres de population.

« Tous ceux qui font du streaming ou du jeu et qui veulent avoir une latence vraiment faible ne font pas fonctionner ces points d’accès dans les régions principales d’AWS », explique-t-il, « ils les font fonctionner dans les zones locales pour être proche des utilisateurs – et ce produit connaît un grand succès ».

Vers les soins aux personnes âgées

Et AWS continue de produire des résultats pour Amazon en tant qu’entreprise. Jeudi soir dernier, la société a annoncé un nouveau trimestre de forte croissance, avec un chiffre d’affaires en hausse de 33 %, d’une année sur l’autre, pour atteindre près de 20 milliards de dollars. Et l’entreprise prévoit d’augmenter cette année ses dépenses pour soutenir AWS.

Car le cloud computing se développe dans de nouveaux secteurs. « L’une des choses que je remarque, c’est que les personnes qui aiment vraiment Alexa, sont les personnes âgées », dit par exemple Werner Vogels. « Si vous leur donnez des iPads, ils peuvent l’utiliser pour regarder les photos de leurs petits-enfants, mais ça ne va pas plus loin. Mais s’ils peuvent parler avec un appareil, c’est quelque chose qu’ils font ensuite pendant des années. » Certains utilisateurs âgés décrivent Alexa comme « leur sauveur », a-t-il observé.

Il y a peut-être là une leçon instrumentale à tirer. Selon Werner Vogels, dans une population mondiale vieillissante, les personnes qui ont besoin de soins peuvent, dans une certaine mesure, se rabattre sur les technologies intelligentes pour faire des soins personnels une composante importante des soins de santé. “Je vois sans aucun doute une variété de nouvelles innovations dans le domaine des soins personnels”, a déclaré Werner Vogels.

« Et l’un des domaines qui me semble extrêmement important est celui des soins aux personnes âgées. » Selon lui, l’un des défis de la société consiste à trouver « les innovations qui permettront aux personnes âgées de rester chez elles plus longtemps » plutôt que d’avoir à se rendre dans un établissement spécialisé.

L’IA et le ML comme une amélioration de ce que fait le radiologue

Grâce aux capteurs, aux alarmes automatiques et autres, « il y a beaucoup d’innovations, en particulier dans le domaine des soins aux personnes âgées et des soins de santé en général », a déclaré Werner Vogels.

La médecine est un sujet cher à Werner Vogels, 63 ans, qui a fait ses premières armes en radiologie avant de devenir technologue. Il était prévu que Werner Vogels prenne la parole lors du sommet AWS d’Amazon à New York au début du mois, mais il a dû passer le relais à Martin Beeby à la dernière minute – « Martin a fait un travail formidable », a-t-il observé.

Interrogé sur les points qu’il aurait soulignés s’il avait fait le discours, Werner Vogels a déclaré à qu’il aurait aimé parler au public de la mauvaise époque du stockage d’archives radiologiques. « À cette époque, il y a 40, voire 30 ans, le coût du stockage numérique était trop élevé pour les hôpitaux, et donc pour répondre aux besoins en matière de dossiers médicaux, au lieu de pouvoir capturer toutes les données IRM sous forme numérique, ils les ont imprimé sur des films, et archivé comme ils l’avaient toujours fait. »

Le résultat de la lourdeur des systèmes d’archivage des films, a déclaré Werner Vogels. « Lorsque le patient revenait, nous ne pouvions pas comparer les informations numériques, vous regardiez en fait avec le film. » Pour les radiologues qui travaillent dur et qui examinent les films, « leur vue n’est pas aussi bonne la nuit qu’à 9 heures du matin », a-t-il noté. Aujourd’hui, « toute aide qu’ils peuvent obtenir en opérant sur les données numériques pures », comme le cloud et le stockage S3 d’Amazon, signifie soudainement que l’étude des images devient beaucoup plus agile pour eux, a-t-il dit.

Ce plus grand accès aux informations sous forme numérique commence à exiger l’IA et le ML comme une amélioration de ce que fait le radiologue, a déclaré Werner Vogels.

werner-vogels-chime-interview-july-27th-2022

L’éthique, dans l’IA et les autres technologies, est un « sujet très sensible », observe Werner Vogels. « Certaines technologies peuvent être tout à fait applicables dans un pays, alors que dans d’autres, l’utilisation de la reconnaissance d’images ou d’autres outils peut ne pas être appropriée. » Werner Vogels a donné l’exemple de Londres qui regorge de caméras pour la surveillance. « Si vous faisiez cela à Amsterdam, vous auriez une révolution. » Image : Amazon.

Les radiologues voient l’IA comme une augmentation d’eux-mêmes

« Il y a encore beaucoup de gens qui pensent que l’IA et l’apprentissage automatique vont faire disparaître des emplois », a observé Werner Vogels. « Mais en parlant aux radiologues, ils sont très enthousiastes à propos de tout cela » (lire et écouter ZD Tech : Pourquoi l’IA n’a pas éradiqué les radiologues).

Avec le numérique, « ces comparaisons deviennent tout à fait microscopiques », a déclaré Werner Vogels. « Vos yeux ne sont pas assez bons pour cela, mais l’IA et l’apprentissage automatique peuvent guider un radiologue vers des zones qu’il devrait examiner plus en profondeur. »

« Et donc, en substance, ils [les radiologues] voient l’IA comme une augmentation d’eux-mêmes, et peut-être une chance de rentrer chez eux plus tôt le soir. » L’exemple de la radiologie n’est qu’un exemple de la façon dont « il y a un changement majeur qui se produit dans les soins de santé en raison de la capacité de l’apprentissage automatique et parce que nous pouvons garder les données », a déclaré Werner Vogels.

“Amazon conserve des milliards de commandes du passé »

« Aujourd’hui, [les chercheurs] cherchent à mesurer la croissance des tumeurs à un niveau presque microscopique », a expliqué Werner Vogels. « C’est un changement majeur. » Les différences microscopiques qui peuvent être vues pour la première fois avec l’apprentissage automatique dans les tumeurs peuvent faire des différences majeures, a-t-il dit. « Il y a certains modèles, en particulier avec les IRM, où vous pouvez déjà voir à des niveaux microscopiques, les différences entre les tumeurs malignes et bénignes », a déclaré Werner Vogels. C’est toujours le radiologue qui prend la décision, a-t-il ajouté, mais le ML peut « faire apparaître des informations » qui ne pouvaient pas l’être auparavant.

Parmi les autres avancées, citons la numérisation de la prise de notes médicales dans le monde, dont la plupart sont encore manuscrites. La numérisation de ces dossiers permettra à l’IA de les trier et de les passer au crible.

Les techniques pour des choses comme l’analyse des tumeurs dans les IRM exigeront des innovations dans les formes les plus avancées de l’IA, comme l’apprentissage profond, a déclaré Werner Vogels. « Il ne s’agit pas simplement de fouiller dans les données ou d’écrire une requête SQL, et de penser que vous pouvez obtenir le résultat à partir de vos données », a-t-il déclaré. « Il s’agit plutôt de comparaison de modèles et d’apprentissage profond, et bon nombre de ces modèles sont encore en cours d’évolution, c’est-à-dire les modèles d’IA utilisés. »

Plus prosaïquement, lorsqu’on lui a demandé où allait l’IA, Werner Vogels a répondu que cette technologie offrait la possibilité d’apporter à la plupart des entreprises le type d’innovations qu’Amazon met en œuvre dans ses activités de retail depuis vingt ans maintenant, comme la personnalisation.

« Nous arrivons à un point où nous pouvons construire des systèmes vraiment utiles [avec l’apprentissage automatique], et au sein d’Amazon, nous le faisons en fait depuis deux décennies déjà. Si vous regardez beaucoup des choses qu’Amazon fait, les recommandations, ou la personnalisation, nous servons une centaine de millions de pages d’accueil différentes – eh bien, tout cela est fait sur la base de techniques d’apprentissage automatique. »

« Et Amazon conserve des milliards de commandes du passé, nous savons exactement lesquelles étaient frauduleuses, et nous pouvons en faire des modèles, et quand une nouvelle commande arrive, nous savons avec X % de probabilité qu’il s’agit d’une commande frauduleuse. »

« Amazon a toujours cinq à dix ans d’avance »

« C’est le genre de choses pour lesquelles Amazon a toujours cinq à dix ans d’avance », a-t-il ajouté. « Et c’est le genre de choses que nous devrions voir partout – tout le monde devrait être en mesure d’utiliser les informations sur les commandes passées et les services de prévision en fonction de ses propres habitudes. »

L’apprentissage automatique commence à jouer « un rôle incroyablement important » dans le développement du code, a-t-il dit, citant des choses telles que la technologie Code Whisperer d’Amazon pour « supprimer les tâches banales ». Cela pourrait soulager l’incroyable pression de codage dans l’informatique, a-t-il noté.

L’apprentissage automatique apportera des avantages dans les secteurs réglementés, tels que l’énergie, a estimé Werner Vogels. Dans le secteur du gaz propane liquéfié en Australie, par exemple, on passe à la maintenance prédictive, a-t-il dit. Alors qu’auparavant les installations avaient des alarmes sur leurs réfrigérateurs géants uniquement en cas de problème, « ils utilisent des capteurs plus récents pour faire de la maintenance prédictive, ce qui leur permet de prévenir les catastrophes au lieu de les subir ».

« C’est majeur. »

L’apprentissage automatique va donner un sérieux coup de pouce à l’industrie manufacturière

L’apprentissage automatique va donner un sérieux coup de pouce à l’industrie manufacturière. « Aux États-Unis, l’équipement des usines a 26 ans », a-t-il observé. « C’était avant l’apprentissage automatique, et donc la modernisation des environnements de fabrication, et l’utilisation des données qui en découlent, pour la sûreté et la sécurité, et la maintenance préventive, il y a beaucoup de domaines différents où cela peut être appliqué. »

Et qu’en est-il de la question plus profonde de l’éthique dans l’IA ? « Il y a beaucoup de choses auxquelles il faut réfléchir », a déclaré Werner Vogels. Une partie de ce qui peut être envisagé est que les constructeurs soient, en un sens, auto-supervisés, a-t-il laissé entendre. « D’une part, nous devrions examiner la technologie pour être en mesure de faire pour voir ce que nous pouvons faire pour vraiment avoir un aperçu de ce que ces modèles sont réellement – je m’attends même à ce que les exigences réglementaires descendent de cette façon. »

Dans le même temps, « l’éthique est un sujet difficile, elle est très liée à la société », a-t-il déclaré. « Certaines technologies peuvent être tout à fait applicables dans un pays, alors que dans d’autres, l’utilisation de la reconnaissance d’image ou d’autres outils peut ne pas être appropriée. »

Werner Vogels a donné l’exemple de Londres, qui regorge de caméras en circuit fermé pour la surveillance. « Si vous faisiez cela à Amsterdam, vous auriez une révolution », a-t-il observé. En tant que « sujet très sensible », a déclaré Werner Vogels, comprendre l’utilisation responsable de la technologie signifie arriver à un fait fondamental : « D’un côté, la technologie peut être utilisée pour le bien, et nous avons vu d’autres cas où la technologie peut soutenir des utilisations moins – pas éthiques. »

« C’est une décision qui sera prise par les régulateurs en combinaison avec ceux qui fabriquent la technologie. »

Source : .com

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker.